Theo

Theo

vendredi 11 novembre 2016

Perséphone MMXVI


Elle m'a donné rendez-vous dans l'antichambre
des Enfers lorsque l'automne transforme en ambre
les feuilles, les aurores et les cœurs qui saignent
- silencieux, recouverts de linceuls de sphaigne.


J'ai parcouru les mers, d'étranges continents,
des côtes érodées où veillent des colosses
sur leurs jambes de fer, fiers et culminants
de Corinthe à Rhodes, de Cythère à Délos;


traversé des terres où scintillaient naguère
les dômes et les murs de glorieuses cités
et qu'aujourd'hui forêt cette très sainte mère
sous ses jupons si verts a bien phagocytées.


Fut-il un jour, un seul où je n'ai pas cherché
à l'orée du sommeil, au bout de l'horizon
le visage de celle sans cesse niché
dans le creux de cette âme aux mille lunaisons?


Pierre du philosophe, autre de Magnésie;
ô source immortelle sourdant des poésies!
Éternelle quête des fous et des amants
lorsque chaque étoile se fait perle ou diamant.


Elle espérait ailleurs je ne sais quoi d'ici
parmi les ombres nues, les arbres desséchés
qui laissaient à leurs branches tordues et roussies
balancer des fruits morts et des cœurs arrachés.


Elle attendait ainsi dans les brumes d'en bas
que l'automne si las glisse alors vers l'hiver
et qu'à son tour l'hiver s'endorme sans émoi
pour rentrer, libérée, dans le cercle solaire.


Je ne la vis pourtant qu'en ces mondes hiémaux;
peu m'importait le froid de ces lieux sans lumière
car Magie s'écoulant de chacun de ses mots
enfantait des soleils, des chants et des rivières.


Car j'ai vu dans ses yeux naître toute saison
et le temps n'être rien que la conjugaison
de nos âmes damnées sous l'écorce plaintive;
dernière tentation, ultime tentative...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire